Accueil

Sinéma, genre singulier : Du queer ancien sin (« vice », « péché »).

1. Kink sexuel et tentaculaire dédié à l’amour du cinéma qui ne file pas droit. Le Sinéma implique de regarder n’importe quoi avec n’importe qui et surtout de le faire en poussant de grands cris stridents. Attention : lorsqu’on devient sinéphile, on fait vœu de chasteté tant que le film n’est pas terminé. Un sinéphile est forcément une personne de grande qualité et de grand goût qui s’intéresse aussi bien à l’harmonie des couleurs chez Douglas Sirk qu’au bien-être psychologique de la Reine Alien.

2. Mode de production cinématographique anticapitaliste et radical théorisé par Cecil B. Demented en 2000. Le Sinéma souhaite la mort à toutes les personnes qui soutiennent le cinéma mainstream.

  • « Pouvoir aux personnes qui punissent le mauvais cinéma ! »
  • « Il n’y a pas de règles dans le cinéma hors-la-loi, seulement des marges. »
  • « Soldats du sinéma, gardez votre énergie sexuelle pour l’écran ! Nos images sont plus fortes que celles d’Otto Preminger, plus bizarres et sombres que celles de David Lynch, plus racoleuses que celle d’Herschel Gordon Lewis, plus violentes que celles de Sam Fuller. Nous surmonterons nos hormones en feu pour atteindre un nouveau niveau de sinéma dérangé ! Faites tout ce que vous pouvez pour éviter de décharger votre énergie sexuelle ! Devenez aussi saoul que Sam Peckinpah, aussi défoncé par Rainer Werner Fassbinder… mais restez célibataires pour la pellicule ! Ressentez l’humour noir d’Almodovar, le brillant-satanisme de Kenneth Anger, la tension raciale chez Spike Lee, l’exhibitionnisme décomplexé de William Castle !

3. Monde parallèle et utopique où les vampires, les goules, les loup-garous, les démons, les aliens chantent ensemble de grandes comédies musicales dédiées à la gloire de leurs tueurs en série préférés. En Sinéma, l’anarchie relationnelle des genres brouille les pistes, invite à des mutations contre-natures et engendre des rejetons révolutionnaires.

Derniers posts

Critique

Spiderman : No Way Home

Note : 1 paillette (pour les abdos de Tom Holland)